Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Bacchis.
Les coupes !Tiens !Voici que la table est par terre
Xantippe.
C’est ma table. Ce n’est pas moi qu’on fera taire.
Courtisanes, et toi, ridicule artisan,
Philosophes, diseurs de rien, allez-vous-en !
Mélitta.
Quels cris fougueux !
Eupolis.
Quels cris fougueux !La Peur voltige sur sa trace.
Dracès.
Partons !
Praxias.
Partons !Elle a l’aspect riant d’un soldat thrace.
Antisthènes.
Elle est brave !
Bacchis.
Elle est brave !Elle eut fait merveille à Marathon.
Eupolis.
Cependant je comprends le roi Zeus qui, dit-on,
Pendit au haut du ciel environné de brume
Sa brave femme, ayant à ses pieds une enclume !
Dracès.
Partons vite !
Bacchis.
Partons vite !Au revoir, Socrate.