Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Praxias.
Partons vite !Au revoir, Socrate.Que les Dieux
Te gardent !
Socrate.
Te gardent !J’offre ici tout ce que j’ai de mieux,
Amis ! Mon meilleur vin, la vérité suprême,
Je vous les ai donnés de bon cœur, et de même
Pour votre hôtesse, car ici rien n’est changé,
Je ne puis vous offrir que la femme que j’ai !
Elle est très bonne au fond, revenez tout à l’heure
Comme le ciel changeant tour à tour rit et pleure,
Elle va s’adoucir, les orages sont courts,
Et nous pourrons alors reprendre ce discours.
Venez, amis.
Xantippe, bousculant et chassant les hôtes de Socrate.
Venez, amis.Allez, ses amis ! Folle engeance,
Hors d’ici ! Troupeau fait de vice et d’indigence,
Qui ne dit jamais « Non » quand ce bavard dit « Si »,
Allez-vous-en ! Partez ! Hors d’ici ! Hors d’ici,
Honnêtes gens !

Tous les auditeurs du philosophe sortent, chassés par Xantippe ; Socrate les guide et les accompagne.



Scène V

XANTIPPE, puis MYRRHINE.



Xantippe, consternée.
Honnêtes gens !J’en ai des pleurs sous la paupière.
Il ne s’est pas du tout fâché. C’est une pierre.