Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


insufflé la pensée et l’âme à ses camarades, heureux d’écouter les conseils de sa jeune expérience, et certes, je puis dire que ce petit poème est à lui autant qu’à moi.

Madame Jeanne Samary pleine de verve, d’esprit, d’ingéniosité, de finesse, d’emportement lyrique, est une Xantippe absolument parfaite, et mademoiselle Tholer a la beauté, la grâce ingénue, le charme vainqueur dont j’avais tenté de parer la figure de Myrrhine. L’importance que j’avais dû nécessairement donner aux personnages de Socrate, de Xantippe et de Myrrhine, m’a contraint à me contenter d’esquisser les autres. Les excellents artistes qui ont bien voulu s’en charger, mesdemoiselles Martin et Persoons, MM. Joliet, Gravollet, Falconnier et Hamel, les ont interprétés de façon à en accentuer la vie et le relief.

Le public de la Comédie-Française, si intuitif, si délicatement artiste, a applaudi, dans Socrate et sa femme, non seulement les intentions comiques, mais aussi les plus subtiles combinaisons d’harmonie et de rimes, attestant ainsi une fois de plus combien il aime la Poésie au théâtre, pourvu qu’elle soit émue et sincère.

T. B.