Page:Banville - Socrate et sa Femme, 1886.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




À L’AMI DE TOUTE MA VIE
AU CRITIQUE ÉMINENT
À L’ÉRUDIT, AU SAGACE HISTORIEN

AUGUSTE VITU

CETTE COMÉDIE EST FRATERNELLEMENT DÉDIÉE

T. B.