Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 1.djvu/248

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sans cela[1] ; et tout cela le piqua contre moy, outre ce qu’il a eu toute sa vie une particuliere jalousie de Mr d’Espernon, par le moyen duquel il pensoit que ce mariage s’estoit fait : et le soir d’apres, comme il entretenoit le roy quy avoit veu cheux la reine Mlle de Montmorency, que tout le monde avoit trouvée parfaite en beauté, et luy aussy, il luy dit qu’il s’estonnoit grandement de quoy Sa Majesté avoit permis de marier cette fille, veu que Mr le Prince estoit prest a se marier, qu’il n’estoit pas expedient d’allier hors de la France, et qu’il n’y avoit plus de filles pour luy, que Mlle du Maine[2] et elle, qu’il peut espouser ; que le roy ne seroit jammais conseillé d’aucun quy aymat son service, de le marier avec Mlle du Maine, parce que les restes de la Ligue estoint trop puissants encores pour les accroitre d’un tel chef ; et que Mlle de Montmorency ne luy donneroit que les mesmes alliés qu’il avoit desja, puis qu’il estoit petit-neveu de monsieur le connestable[3], et qu’il supplioit tres humblement Sa Majesté de peser ce conseil qu’il luy donnoit, et de faire reflection dessus. Le roy luy dit qu’il y penseroit, et puis se coucha.

Le lendemain la reine commença de recorder un

  1. Et pour toutes sortes de raisons, en outre de celle-ci.
  2. Renée de Lorraine, fille de Charles, duc de Mayenne, et de Henrie de Savoie, marquise de Villars. Elle épousa, en 1613, Marie Sforze, duc d’Onagno, comte de Santafiore, et mourut à Rome le 23 septembre 1638.
  3. Charlotte-Catherine de la Tremoille, mère du prince de Condé, était fille de Jeanne de Montmorency, sœur du connétable Henri de Montmorency.