Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 1.djvu/249

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grand ballet qu’elle vouloit danser pour le caresme prenant[1].

C’estoit le 16me de janvier de l’année 1609.

Elle fit sortir tout le monde de la grand’salle du Louvre, et s’y en alla. Le roy les alla voir apprendre, et ne mena que Mr le Grand, et Montespan, son capitaine des gardes, avesques luy. Mr le Grand, selon sa coustume de faire des admirations des choses nouvelles, et particulierement de Mlle de Montmorency, quy estoit digne de toute admiration, infusa dans l’esprit du roy, aisé a animer, l’amour quy, depuis, luy fit faire tant d’extravagances.

Le soir mesme il fut atteint de la goutte, quy le tint plus de quinse jours au lit, et pour mon malheur aussy elle prit a monsieur le connestable, quy l’empescha d’aller faire nos noces a Chantilly, comme il avoit esté arresté.

Je sceus cependant la mauvaise intention de Mr de Boullon contre moy ; et il dit a Mr de Roquelaure, quy me le dit apres, que Mr de Bassompierre vouloit avoir sa charge de premier gentilhomme de la chambre, et ne luy en parloit point ; qu’il vouloit espouser sa niece, et ne luy en disoit mot ; mais qu’il brusleroit ses livres, ou il n’auroit ny sa charge, ny sa niece : et pour cet effet commença a mettre les fers au feu vers Mr le Prince, luy proposant le mariage de luy et de Mlle de Montmorency ; que cette alliance luy donnoit pour parens tous les grands de la France, et que des parens d’une personne de sa qualité estoint ses creatures ;

  1. Le ballet des Nymphes de Diane.