Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 1.djvu/305

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


je donnay la lieutenance a un vieux capitaine nommé la Tour, que l’on nommoit un des quattre evangelistes de Mr de Boullon en Champaigne : la cornette fut pour Mr de Bourbonne[1] ; et un nommé Salvert[2] mon mareschal des logis. Il me donna aussy cinquante gardes, desquelles je fis capitaine Cominges, et lieutenant Lambert[3]. Il voulut qu’en fin je prestasse le serment de conseiller d’estat, que je n’avois voulu prester deux ans auparavant, et me donna encores quattre mille escus de pension. En fin il n’y eut sorte de faveur qu’il ne me fit, me donnant une charge, sans l’en requerir, laquelle il avoit refusée a Mr d’Esguillon, quy luy en avoit fait de grandes poursuittes, luy disant qu’il la gardoit pour tel quy n’y pensoit pas.

Cependant Antragues devint grosse.

Le roy me pressa d’espouser Mlle de Chemillié, et vouloit renouveller en ma personne le duché de Beaupreau[4] ; mais j’estois dans mes hautes follies de jeunesse, amoureux en tant d’endroits, bien voulu en

  1. Charles de Livron, marquis de Bourbonne, fils d’Erard de Livron, baron de Bourbonne, et de Gabrielle de Bassompierre, cousine-germaine du maréchal, qui, à la page 16, l’appelle par erreur Yolande.
  2. De la famille de Montrognon de Salvert, en Auvergne.
  3. Jean de Lambert, quatrième fils de Jean de Lambert, seigneur de la Filolie, et de Marguerite Robinet de la Serve, fut longtemps attaché au service militaire du maréchal de Bassompierre. Il devint plus tard lieutenant général, gouverneur de Metz, fut nommé chevalier de l’ordre du Saint-Esprit, et mourut sans avoir été reçu.
  4. Voir la note 3 à la page 225.