Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 1.djvu/334

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dureroit (juin-juillet-aust). Il estoit lors amoureux, et sa maitresse arrivoit, dont Mr de Reims[1] estoit lors favorisé : je le cachay cheux moy, ou il demeura quattre jours, et le rappointay avec sa maitresse.

Je commençay aussy lors une amour a laquelle j’estois bien aspre ; aussy l’affaire le valoit.

Septembre. — Nous retournasmes sur l’automne a Fontainebleau avesques toute la court. Il y faisoit fort beau ; car la reine alloit a la chasse a cheval, accompagnée des dames et princesses aussy a cheval, et suyvie de quattre ou cinq cens gentilshommes ou princes. Madame la princesse de Conty tomba de dessus sa haquenée, et se blessa (octobre).

Madame la duchesse de Lorraine, niece de la reine, la vint trouver a Fontainebleau : la reine alla au devant d’elle, et la receut en grand apparat ; et puis, vers la Toussaints, la court revint a Paris, ou Mr le Prince et Mr le Comte revindrent aussy de leurs gouvernements (novembre).

La reine alla a Saint-Germain sur le sujet de la ma-

  1. Louis de Lorraine, archevêque duc de Reims, depuis cardinal de Guise, fils de Henri de Lorraine, duc de Guise, et de Catherine de Clèves, comtesse d’Eu, mort le 21 juin 1621. Il ne fut jamais sacré, ni ordonné prêtre, et on dit qu’il avait épousé secrètement Charlotte des Essars, dont il eut cinq enfants. En tout cas, c’est d’elle peut-être que parle ici le maréchal de Bassompierre, ou de Mlle de Choisy, une des filles de Jacques de l’Hôpital, marquis de Choisy, qui fut fort soupçonnée de galanterie avec le cardinal de Guise (Lettre de Malherbe, édition Hachette, t. III, p. 149).