Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 2.djvu/407

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






APPENDICE


I


(Voir p. 5).


Dans une histoire manuscrite de Beauvais, conservée à la Bibliothèque nationale (Fr. 8579-8583), un chanoine de Beauvais, nommé Hermant, proteste vivement contre le récit et les appréciations du maréchal :

« Bassompierre, dit-il, n’avoit point esté du voyage du Roy, parce qu’il sollicitoit un procés à Roüen contre la demoiselle d’Entragues au sujet d’une promesse de mariage qu’il ne vouloit point accomplir. Elle avoit un enfant de luy qui depuis est mort Evesque de Saintes et a porté le nom de Louis de Bassompierre. Elle se conduisoit dans la poursuitte de ce grand procés par les conseils de nostre Evesque René Potier ; et c’est ce qui a donné lieu aux plaintes que ce Mareschal fait de luy dans ses Memoires, luy attribuant l’avis qu’il avoit inspiré a sa partie de demander au Pape des juges ecclesiastiques pour en connoistre. Les termes outrageux dont il se sert contre Jean Jacques de Sault, Evesque d’Aqs[1], nommé commissaire

  1. Le chanoine de Beauvais, trompé par l’édition qu’il avait sous les yeux, confond Jean-Jacques du Sault, évêque de Dax, avec Paul Hurault de l’Hôpital, archevêque d’Aix.