Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/278

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


reste un moment à regarder le Comte qui rêve.

…Est-ce-là ce que Monseigneur voulait ?

LE COMTE revenant à lui.

Moi ?… je disais d’arranger ce salon pour l’audience publique.

FIGARO.

Hé, qu’est-ce qu’il manque ? le grand fauteuil pour vous, de bonnes
chaises aux prud’hommes, le tabouret du greffier, deux banquettes aux
avocats, le plancher pour le beau monde, et la canaille derrière. Je
vais renvoyer les frotteurs.

(Il sort)


Scène xx

VIII.

LE COMTE seul.

Le maraut m’embarrassait ! en disputant, il prend son avantage, il vous
serre, vous enveloppe…. Ah friponne et fripon ! vous vous entendez pour
me jouer ? soyez amis, soyez amans, soyez ce qu’il vous plaira, j’y
consens ; mais, parbleu, pour époux…


Scène xx

IX.


SUZANNE, LE COMTE.
SUZANNE essoufflée.

Monseigneur… pardon, Monseigneur.

LE