Page:Bergerat - Le Maître d’école, 1870.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 10 —



XIV

Moi, je les regardais, hébété, comme fou !…
Le tocsin gémissait sans relâche. — Un hibou,
Qui flottait éperdu dans la brume sonore,
Me parut ressembler à mon âme… — il tournait !
— « Mon Dieu ! la guerre sainte ! est-ce là qu’on en est ? »
Le sonneur, harassé, s’en alla vers l’aurore,


XV

Et la cloche cessa de tinter à jamais !
— Quand je fus seul avec la femme que j’aimais,
Je lui fis parcourir l’école jusqu’au faîte.
À tous nos coins chéris je lui disais : « Tu vois !
« Tu vois !… regarde bien !… C’est la dernière fois !… — »
Et j’y portais la flamme en détournant la tête.


XVI

Deux jours après, j’étais à Bade. Ses parents
Pleuraient, car ils sont vieux ! — « Tenez, je vous la rends,
« Leur dis-je ; son amour l’avait dépaysée !
« Voici les cent écus de sa dot, comptez-les ;
« Je ne puis rien tenir de vous, étant Français !…
« Et toi, pardonne-moi de t’avoir épousée !