Page:Berzelius Bref 1.djvu/78

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
77



40. Berzelius à Berthollet.
[23 juillet 1821.]

Je vous remercie infiniment des nouvelles que [vous] m’avez données sur la relique de Descartes. Ce sont les seules que j’en ai eues. M. Cuvier n’en a pas accusé réception107.

Si le vent du Nord qui a soufflé ici pendant presque tout l’été vous a atteint, l’été de France doit cette année être moins beau qu’à l’ordinaire. Je ne me rappelle pas d’avoir vu un été comme celui-ci, sinon [celui de] 1812, qui cependant fut beaucoup plus sec. — J’espère que, malgré cela, Flore prospère dans vos beaux jardins à Arcueil.

Je viens de finir un travail assez étendu, qui pourra être considéré comme une continuation de votre admirable mémoire108 sur les sulfures alkalins dans le T. XXV des Annales de Chimie. Vous vous rappelez que M. Vauquelin, il y a quelques années, fit un cours d’expériences109 pour examiner, si, dans les sulfures alkalins liquides, l’acide sulfurique se forme avant ou après l’addition de l’eau, et qu’il considéra comme probable que l’hépar est un mélange de sulfate d’alkali et de sulfure du radical métallique, mais qu’aucune expérience ne le prouvait d’une manière décisive. M. Gay-Lussac observa ensuite110 que lorsqu’on traite la potasse à l’alcool avec du soufre à une température au-dessous du rouge, le sulfure dissous ne contient qu’un hyposulfite et non pas un sulfate, et, considérant l’hyposulfite comme formé avant l’addition d’eau, il en tire la conclusion que le sulfate doit l’être aussi. Cependant ces preuves ne m’ont point paru satisfaisantes. La potasse à l’alcool n’est autre chose que l’hydrate de la potasse. En le fondant avec le soufre, il y a toujours l’eau nécessaire pour produire par sa décomposition l’hyposulfite et l’hydrosulfure de potasse, et, d’un autre côté, la température, étant plus basse, peut permettre que le maximum de soufre se combine avec la potasse, et, par conséquent, les acides de soufre qui se forment tant avec l’oxygène qu’avec l’hydrogène doivent être à leur maximum de sulfuration. Il fallait donc avoir d’autres