Page:Blanc - Histoire de dix ans, tome 5.djvu/529

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Du reste, la Diète, après les explications franches qu’elle vient de donner, espère que les rapports d’amitié entre la France et la Suisse, cimentés par le temps et les habitudes seront rétablies dans l’intérét des deux pays et dans celui de la justice. Elle aime à croire que les liens d’une vieille alliance, momentanément relâchés, vont se resserrer et se raffermir, et que des griefs passagers n’auront servi qu’à mieux faire sentir aux deux nations les avantages réciproques d’une union qui n’aurait jamais dû être troublée.


N°6.

TRAITÉ DE PAIX

ENTRE LE GÉNÉRAL DESMICHELS ET ABD-EL-KADEB.

Conditions des Arabes pour la paix.

  1. Les Arabes auront la liberté de vendre et acheter de la poudre, des armes, du soufre, enfin tout ce qui concerne la guerre.
  2. Le commerce de la Mersa[1] sera sous le gouvernement du prince des Croyants, comme par le passé, et pour toutes les affaires. Les cargaisons ne se feront pas autre part que dans ce port. Quant à Mostaganem et Oran, ils ne recevront que les marchandises nécessaires aux besoins de leurs habitants, et personne ne pourra s’y opposer. Ceux qui désirent charger des marchandises devront se rendre à la Mersa.
  3. Le général nous rendra tous les déserteurs et les fera enchaîner. Il ne recevra pas non plus les criminels. Le général commandant à Alger n’aura pas de pouvoir sur les Musulmans qui viendront auprès de lui avec le consentement de leurs chefs.
  4. On ne pourra empêcher un Musulman de retourner chez lui quand il le voudra.

Ce sont là nos conditions, qui sont revêtues du cachet du général commandant à Oran.

Conditions des Français.
  1. A compter d’aujourd’hui, les hostilités cesseront entre les Français

et les Arabes.

  1. La religion et les usages des Musulmans seront respectés.
  2. Les prisonniers français seront rendus.
  3. Les marchés seront libres.
  4. Tout déserteur français sera rendu par les Arabes.
  5. Tout Chrétien qui voudra voyager par terre devra être muni d’une permission revêtue du cachet du consul d’Abd-el-Kader et de celui du général.

Sur ces conditions se trouve le cachet du prince des Croyants.

  1. Arzew.