Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Approchez-vous tous de la Vieille :
Faîtes silence, ouvrez l’oreille,
Ne remuez plus vos sabots !
Chut ! écoute bien, petit mousse :
C’est la Bretagne aveugle et douce
Qui nous parle, de son Lit-clos !

Écoutez !… Puis, quand sa Voix lasse
Se fera lointaine, très basse,
Vous parlerez à votre tour ;
Chacun racontera « la sienne »,
Conte nouveau, légende ancienne,
Histoire de guerre ou d’amour ;

Çà ! que l’on fouille en sa mémoire !
Car c’est ainsi que l’auditoire
Doit payer de sa charité
La Sourde-Aveugle (que Dieu garde !)
Qui nous écoute et nous regarde
Du fond de son Lit-clos sculpté !