Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE CLOCHER DE TRÉGUIER






Ya, vat ! il faut bien reconnaître
Que le Diable est un fin matois…
Mais il trouva souvent son maître
Au bon vieux Pays Trécorrois,

Et la preuve que l’on demande
Je n’irai pas loin la chercher :
Je vas vous conter la Légende,
Mes amis, de votre Clocher !


Au dernier Siècle, la vallée
N’était pas dominée encor
Par la belle flèche effilée
Qui fait la gloire du Trécor.

L’église, certes, était des belles
Parmi celles des alentours
Avec son Cloître et ses chapelles,
Sa grande nef et ses trois tours ;

On admirait déjà ses stalles,
Son lutrin de chêne sculpté,
Et bien des riches Cathédrales
Semblaient pauvrettes à côté !…