Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/69

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE BERCEAU SUR LA MER




Les douaniers de garde avaient vu, du rivage,
Chavirer le canot sous un coup de Nordet,
Mais on ne retrouva, sur le lieu du naufrage,
Que les pauvres sabots du mort et son béret.

Huit jours durant, la mère et sa bru — pauvres femmes ! —
Guettèrent la marée en « espérant » le corps…
Hélas ! rien ne revint : les Morganes infâmes
Gardent jalousement les cadavres des morts !

Longuement, les pêcheurs, les amis et les proches,
— On aime à s’entraider même après le trépas —
Explorèrent la côte et sondèrent les roches…
Mais nul ne retrouva le cadavre du gâs ?

Le Recteur prit alors un gros pain noir, un cierge,
Puis, les ayant bénits, les posa sur le flot…
Mais le cierge et le pain revinrent sur la berge
Sans avoir rencontré le corps du matelot !

Et la mère, à son tour, prend un petit navire
Par qui son vieux, jadis, avait été sauvé ;
Mais le frêle ex-voto, sitôt en mer, chavire…
Et le corps de son fieu n’en est pas retrouvé !