Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/75

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA NUIT DES ÂMES




Soyez graves ce soir, nous dit grand’maman Lise.
          Plus recueillis qu’aux soirs passés,
Car c’est demain matin que l’on prie à l’Église
          Pour le salut des Trépassés.

Voici l’une des nuits où les Âmes en peine
          Lèvent les dalles des couvents,
Désertent les charniers pour, visibles à peine,
          Revenir parmi les vivants,

Où les pauvres Défunts, en longues théories,
          Entrechoquant leurs bras osseux,
Vont passer l’échalier des vieilles métairies
          Pour revoir leurs anciens « chez eux ».

Comme au temps, qui n’est plus, des joyeuses années,
          Chacun d’eux faisait, chaque soir,
Dans le coin préféré des vastes cheminées
          Ils vont s’en revenir s’asseoir.


Laissez dans le foyer la cendre chaude encore,
          Qu’ils se puissent chauffer un peu,
Car ils sont nus, livrés au ver qui les dévore,
          Au fond des sépulcres sans feu !