Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/93

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



L’ÂNESSE DE JÉSUS




Voici la Pâque-Fleurie
Éclose au calendrier :
Bonne tante Anne-Marie,
Approchez-vous du foyer ;
Le « flip » bout dans la bouilloire
Mettez du cidre dessus,
Puis racontez-nous l’Histoire
De l’ânesse de Jésus !…


I


C’est chose bien lamentable
Petits enfants, de songer
Que c’est dans une humble étable
Creusée au flanc d’un rocher
Qu’en la Nuit la plus profonde
Du plus sombre des hivers
Naquit le Sauveur du Monde,
Le Maître de l’Univers !

Sans chemisette et sans langes
Il était nu sur le foin,
Plus nu que les petits anges
Chantant sa venue au loin,
Et chaque larme versée
Par le petit Roi des cieux
Était aussitôt glacée
Sur le rebord de ses yeux !

… Et c’est alors qu’une ânesse
Qui somnolait dans la nuit