Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/395

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
373
ENCRINITES LYS.

Le nom d’entroque (entrochi), ou pierres en roues, a été donné avec justesse à ces articles isolés. Le trou dont leur centre est percé rend facile de les réunir en chapelets ; aussi s’en servait-on à une époque déjà reculée comme d’un rosaire, et, dans le nord de l’Angleterre, ils conservent encore le nom de chapelets de Sl-Cuthbert.

Sur un rocher près de Lindisfarn, saint Cuthbert est assis, et il travaille ces grains de mer qui portent son nom.
Marmion.

Chacune de ces entroques offre une semblable série d’articulations différentes entre elles, suivant qu’on les prend à des hauteurs différentes du corps, et qui s’adaptent les unes aux autres, de façon à réunir tout ce qu’il fallait à l’animal de force et de flexibilité. D’une extrémité à l’autre de la colonne vertébrale, aussi bien que dans toute la longueur des mains et des doigts[1], la surface de chaque osselet dans son articulation avec la surface adjacente montre une régularité et une délicatesse d’ajustement parfaites. Telle est la précision, telle est la

  1. diaires, b, b, sont considérablement plus minces que les articles en collier les plus larges, a, a.

    Les figures comprises de 11 à 26 inclusivement représentent des articles pris sur des points différens de la colonne de l’encrinite moniliforme. Ceux qui sont représentés fig. 11, 13, 15, 17, 19, 21, 23 et 25, le sont avec leur grandeur naturelle, et aussi dans leur position naturelle horizontale ; et nous y voyons, sur le bord de chacun, une crénelure dont chaque dentelure s’articule avec un sillon correspondant du bord de l’article adjacent. Les figures étoilées (12, 14, 16, 18, 20, 22, 24, 25), placées au dessous des articles horizontaux auxquels elles font respectivement suite, représentent agrandis les divers dessins internes qui en ornent les surfaces articulaires, couvertes d’une série alternative de replis et de sillons, s’ajustant dans les sillons e dans les replis de l’article correspondant comme s’engrènent entre elles les dents de deux roues qui se correspondent.

  2. Pl. 47, fig. 4, 2, 3, et pl. 50 fig. 1, 2, 3.