Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/396

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
374
ENCRINITES LYS.

perfection admirable des arrangemens qui s’observent jusque dans l’extrémité des tentacules les plus déliés, qu’il ne serait pas plus absurde de supposer que ce sont les métaux eux-mêmes qui ont calculé le nombre et la forme des dents que devait avoir chacune des roues d’un chronomètre, que ce sont ces roues qui ont pris d’elles-mêmes la place précise qu’elles devaient avoir dans l’ensemble pour l’effet qui résulte de leur action combinée, qu’il ne le serait de croire que ces centaines et ces milliers d’osselets dont se compose une encrinite ont pris d’eux-mêmes ces dispositions calculées pour l’effet d’ensemble de leurs mécanismes, dispositions dans lesquelles chaque osselet a son rôle à part, dans une subordination harmonieuse avec le tout, et où le tout produit des résultats que n’eût produit peut-être aucune des séries en particulier, livrée à son action isolée.

Dans la planche 50, nous avons figuré, d’après Goldfuss, Parkinson et Miller, les détails de la structure du corps et des extrémités supérieures de l’encrinite moniliforme. Les diverses parties qui entrent dans la composition de cette encrinite sont indiquées par des lettres dont nous donnons l’explication dans la note ci-jointe[1],

  1. Au sommet de la colonne vertébrale sont placées des séries successives d’osselets (pl. 50, fig. 4) que leur position et leurs usages ont fait désigner sous les noms de bassin (pelvis, e), de pièces scapulaires (scapula, h)), de pièces costales (costal, f), et qui forment, avec les plaques pectorales et capitales, une sorte de corps sub-globuleux (pl. 48 et 49, fig. 1, pl. 30, fig. et 2) s’ouvrant par une bouche à son centre, et contenant à son intérieur les viscères et l’estomac, d’où partent les fluides nourriciers qui remplissent la cavité alimentaire de l’intérieur de la colonne, et se distribuent dans les bras et dans les doigts tentaculiformes. Les pièces scapulaires, h, donnent naissance à cinq bras (pl. 50, fig. 1, k), lesquels, à mesure qu’ils s’éloignent de leur insertion, se divisent eux-mêmes en mains (h) et en doigts (n) subdivisés eux-mêmes en des tentacules déliés (pl. 50, fig. 2 et 3), dont le nombre s’élève jusqu’à plusieurs milliers ; les mains et les doigts sont représentés fermés,