Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/424

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
402
VÉGÉTAUX FOSSILES.

couleur noir de jais de ces végétaux avec la teinte pâle du fond, que forme la roche à laquelle ils sont fixés. Le spectateur se sent transporté comme par enchantement dans les forêts d’un autre monde ; il y est entouré d’arbres de formes et de caractères maintenant inconnus à la surface du globe, et qui s’offrent à son admiration dans toute la beauté et la vigueur de leur vie primitive. Leurs troncs écailleux, leurs branches inclinées avec toutes les délicatesses de leur feuillage, s’étalent devant lui, à peine altérés par les âges sans nombre qu’ils ont traversés pour arriver jusqu’à nous ; ils sont là comme des témoins fidèles de systèmes de végétation qui ont eu leur commencement et leur fin à des époques dont, sortant de leur linceul de pierre, ils viennent en quelque sorte nous raconter la véridique histoire.

Tels sont les grands herbiers de la nature où, dans des conditions de notre planète qui n’existent plus, se sont conservés les restes les plus anciens du règne végétal, avec une perfection qui laisse à peine quelque chose à regretter de leurs formes vivantes.


SECTION II.


Végétaux de la série de transition[1].


Les débris végétaux sont des plus nombreux dans les dépôts les plus récens de la période de transition, dépôts qui constituent la formation houillère ; et ils nous offrent des témoignages décisifs sur la condition du règne végétal à cette époque ancienne de l’histoire de l’organisation.

Nous ferons mieux ressortir la nature du ces témoignages

  1. Pl. 1, fig. 1, 15.