Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t1.djvu/57

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ÉLOGE DE LA FONTAINE.

Discours qui a remporté le prix de l’académie de Marseille en 1774.

sopo iRgeiilera staluam posuére Allie PHED. L. II , epilog.


Le plus modeste des écrivains, La Fontaine, a lui-même, sans le savoir, fait son éloge, et presque son apothéose , lorsqu’il a dit que,

Si l’apologue est un présent des hommes.
Celui qui nous l’a fait mérite des autels.

C’est lui qui a fait ce présent à l’Europe ; et c’est vous, messieurs, qui, dans ce concours solennel, allez, pour ainsi dire, élever en son honneur l’autel que lui donnait notre reconnaissance. Il semble qu’il vous soit réservé d’acquitter la nation envers deux de ses plus grands poètes, ses deux poètes les plus aimables. Celui que vous associez