Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


IV AVANT-PROPOS.

de ses sarcasmes quiconque avait le malheur de ne pas penser comme lui, revivent tout entiers dans les tableaux qu’il a tracés des premières époques de nos orages politiques: il dessine à grands traits, et ses portraits ont la physionomie du moment. Aujourd’hui que l’expérience est ve- nue amortir le feu des passions, que la réflexion s’est arrêtée sur l’histoire de nos agitations poli- tiques, qu’elle en a médité les principes et les cau- ses, qu’elle s’est rendue un compte plus exact des hommes et des choses, il nous semble que les Tableaux d.e la révolution sont peints moins avec les couleurs de l’histoire qu’avec les passions du temps. Cependant, comme ils sont une image fidèle des opinions et des sentimens d’une partie de la nation à l’époque où ils furent faits, ils doivent être considérés comme un des monumens histo- riques les plus précieux de cette époque. Tout ex- plique, dans un homme qui n’avait voulu voir dans l’ancien ordre de choses que des abus consacrés par d’autres abus, dans la société qu’un outrage fait au plus grand nombre, cette âpreté républicaine, qui a parfois quelque chose de sauvage, avec laquelle il retrace les premiers triomphes de la révolution sur ce qui avait été constamment l’objet de sa haine et de ses bons mots. Il ne semble avoir cul- tivé les lettres jusques-là, que pour se trouver prêt à écrire l’histoire des événemens qu’il entrevoit dans le lointain. Il n’est pas étonnant que, placé sur le cratère, au milieu des éclairs et des déto-