Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t4.djvu/254

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



ZÉANGIR.


Qu’allez-vous faire ?


ROXELANE.


Il est affreux pour moi
d’avoir à séparer mes intérêts des vôtres :
ce cœur n’était pas fait pour en connaître d’autres.


ZÉANGIR.


Vous fuyez… dans quel temps m’accable son
courroux ?
Quand un autre intérêt m’appelle à ses genoux,
quand d’autres vœux…


ROXELANE.


Comment !


ZÉANGIR.


Je tremble de le dire.


ROXELANE.


Parlez.


ZÉANGIR.


Si mon destin m’écarte de l’empire,
il est un bien plus cher et plus fait pour mon
cœur,
qui pourrait à mes yeux remplacer la grandeur.
Sans vous, sans vos bontés je n’y dois point
prétendre ;
je l’oserais par vous.


ROXELANE.


Je ne puis vous entendre ;
mais quel que soit ce bien pour vous si précieux,
mon fils, il est à vous, si vous ouvrez les yeux.
Votre imprudence ici renonce au rang suprême ;
vous en voyez le fruit : et dans cet instant même