Page:Chamfort - Maximes et pensées éd. Bever.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.




NOTES SUR CHAMFORT


I



«E st-ce que vous ne défendrez pas Chamfort contre Delacroix ? [1] — Ma foi, je n’en sais rien. — N’étiez-vous pas de ses amis ? — J’en étais, certainement. — Et vous l’abandonneriez ! — N’a-t-il pas été terroriste ! — Oui, jusqu’à la menace ; non, jusqu’aux actions. Il croyait nécessaire de paraître terrible, pour éviter d’être cruel. Il s’est arrêté, quand il a vu la férocité frapper avec les armes que le patriotisme alarmé ne voulait que

  1. Delacroix avait fait insérer dans le Journal de Paris, une lettre dans laquelle il parlait peu avantageusement de Chamfort, auquel il reprochait d’avoir pris une part trop active à la Révolution. — N. D. É.