Page:Chapman - Les Fleurs de givre, 1912.djvu/45

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Qui souffle à travers les forêts,
Nos vieilles et saintes bannières !
Luttons comme ont lutté nos pères !

Debout, Canadiens-français !

Forts d’une foi que rien n’émeut,
Comme les Croisés, leurs ancêtres,
Ces preux, marins, soldats et prêtres,
Partout répétaient : « Dieu le veut » !
Jusqu’aux glaçons géants du Pôle,
De l’Équateur au Groenland,
Ils dirent, dans leur noble élan,
Les refrains bénis de la Gaule.

Debout, Canadiens-français !

Ils furent grands dans le danger,
Ils furent beaux dans les batailles.
Mais, hélas ! la cour de Versailles
Céda leurs bords à l’étranger.
Orgueilleux, malgré la conquête,
Ces hommes au cœur de lion
Sous la bannière d’Albion
Ne courbèrent jamais la tête.

Debout, Canadiens-français !