Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/21

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de bras inoccupés ! L’industrie allume de toutes parts ses foyers, partout s’élèvent les cheminées des sucreries ! Et moi aussi, Messieurs, moi-même, oui, je veux donner l’exemple. Cette terre, cette maison, ce bien héréditaire de notre antique famille, je veux les consacrer au développement de nos forces économiques. Ce monastère va devenir une papeterie. Là où jadis de bien intentionnés ecclésiastiques, dont les plus vieux d’entre vous se souviennent sans doute avec attendrissement, élevaient en l’honneur de la Divinité une voix respectable, mais inutile, va retentir le bruit joyeux des machines et des trémies. Le travail n’est-il pas la meilleure des prières, celle qui est la plus agréable au Créateur ? Oui. Mais à qui devons-nous ces bienfaits ? à qui, Messieurs ? ne l’oublions pas : au Souverain réparateur, qui, sauvant la France de vaines agitations de la démagogie est venu définitivement implanter sur notre sol la Monarchie Constitutionnelle, tradi- tionnelle par son principe, moderne par ses institutions !

(Silence. Puis faibles applaudissements).