Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/28

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


SICHEL — Pour vous, vous vivrez en contentement dans cette belle propriété, au soleil d’Algérie.

LUMÎR — Tout d’abord, je dois reporter cet argent là-bas.

SICHEL — Et il est tellement sûr que vous reviendrez ?

LUMÎR, la regardant. — Peut-être.

(Silence).

SICHEL, pensive, les yeux baissés. — Vous avez encore une patrie sur terre. Vous avez une place qui de droit est à vous, pas à d’autres. On ne vous a pas extirpés.

Mais nous, Juifs, il n’y a pas un petit bout de terre aussi large qu’une pièce d’or,

Sur laquelle nous puissions mettre le pied et dire : c’est à nous, c’est nous, c’est chez nous, cela a été fait pour nous. Dieu seul est à nous.

Quelle singulière histoire ! La prise de Jérusalem (bon Dieu ! qui est-ce qui s’occupe de Jérusalem !)

Et à cause de cela, il n’y a pas un homme vivant, si je sors de ceux de ma race,