Page:Claudel - Le Pain dur, 1918.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Qui me tende la main et me dise de son gré : « Viens. Sois à moi. Tu es ma femme. »

Nous sommes refusés par toute l’humanité, et c’est de ce refus que nous sommes faits.

Et je sais, oui, il y a cette autre histoire, celui-ci...

(Elle désigne le crucifix sans le regarder).

Eh bien, ce n’est pas la seule erreur judiciaire qu’on ait commise.

Et était-ce une erreur ? Est-ce qu’on pouvait souffrir qu’il se dise Dieu? C’est un blasphème, dit mon père.

Et c’est de plus un mensonge, car il n’y a pas de Dieu.

LUMÎR — Son sang est retombé sur le vôtre. Le sang !

C’est une grande chose que le sang. Vous devriez causer là-dessus avec ma tante, elle en sait long.

A ce moment, c’a été pour vous comme une nouvelle naissance, dit-elle, une conception par