Page:Cordier - Bibliographie Stendhalienne, 1914.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
16
BIBLIOGRAPHIE STENDHALIENNE

Frieberth, du conseiller de légation saxone Griesingcr, et de Mlle Kurzbeck, lesquelles disaient que Carpani était le véritable auteur des Haydines, et que le livre de Bombet n’en était qu’une simple traduction. Quelques journaux littéraires de l’Allemagne reproduisirent la réclamation de Carpani, et le Journal de Paris en donne un extrait au mois d’octobre 1817 [inexact], avec des réflexions désagréables pour Beyle, qui n’essaya pas de répondre à ces attaques, mais qui ne reproduisit pas moins son livre avec le titre de Vies de Haydn, Mozart et Métastase. Paris, Delaunay, 1817, in-8. Cette fois il avait ebangé le pseudonyme de Bombet en celui de Stendhal. » (Fétis [rempli d’erreurs]).

— Les dossiers de Stendhal. (C. Stryienski, Soirées du Stendhal Club, 190i, pp. 3 et seq.)

— F. J. Fétis, Biographie universelle des Musiciens, II, 1861, à l’article Carpani, dit : « Ses liaisons avec ce grand musicien [Haydn] le déterminèrent à rendre hommage à sa mémoire, par un volume de lettres biographiques et critiques qu’il publia sous ce titre : le Haydine, ovvero Letlere su la vila e le opère del célèbre maestro Giuseppe Haydn, Milan, 1812, in-8, avec le portrait de Haydn. Ces lettres intéressantes sont écrites d’un style élégant et pittoresque. Une nouvelle édition, augmentée et revue par l’auteur, a paru à Padoue en 1823, in-8 de 307 pages, à la typographie de la Minerve. Les notes ajoutées à cette édition sont presque toutes relatives à Bossini. Un plagiaire impudent a traduit ces lettres en français et les a données comme un ouvrage original ; mais Carpani réclama hautement dans les journaux, et le plagiaire en fut pour sa honte. »

Voir dans la Correspondance de Stendhal, II, 1908, pp. 6-8, la lettre adressée au rédacteur en chef du Constitutionnel, datée de Bouen, le 26 septembre 1816, et signée : H. C. G. Bombet.

— Rip-Rap. — Beyle plagiaibe. (Intermédiaire des Chercheurs et des Curieux, 20 nov. 1896, col. 618.)

Paul Edmond. (Ibid., 10 Mai 1909.)

Adolphe Paupe. (Ibid., 30 Mai 1909.)