Page:Corneille - Marty-Laveaux 1910 tome 1.djvu/319

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



PHILANDRE.


Pour te faire plaisir j’en veux être d’accord.
Cependant apprends-moi comment elle te traite,
Et qui te fait juger son ardeur si parfaite 193.


TIRCIS.


Une parfaite ardeur a trop de truchements
Par qui se faire entendre aux esprits des amants :
Un coup d’œil, un soupir 194


PHILANDRE.


Un coup d’œil, un soupir…_Ces faveurs ridicules 195
Ne servent qu’à duper des âmes trop crédules.
N’as-tu rien que cela ?


TIRCIS.


N’as-tu rien que cela ?_Sa parole et sa foi.


PHILANDRE.


Encor c’est quelque chose. Achève et conte-moi
Les petites douceurs, les aimables tendresses 196
Qu’elle se plaît à joindre à de telles promesses.
Quelques lettres du moins te daignent confirmer
Ce vœu qu’entre tes mains elle a fait de t’aimer ?


TIRCIS.


Recherche qui voudra ces menus badinages,


193. Var. Et qui te fait juger son amour si parfaite.
tirs. Une parfaite amour a trop de truchements. (1633-57)

194. Var. Un clin d’œil, un soupir… (1633)

195. Var. Un coup d’œil, un soupir…_Ces choses ridicules
Ne servent qu’à piper des âmes trop crédules. (1633-57)

196. Var. Les douceurs que la belle, à tout autre w farouche,
T’a laissé dérober sur ses yeux, sur sa bouche,
Sur sa gorge, où, que sais-je ? tirs. Ah ! ne présume pas
Que ma témérité profane ses appas,
Et quand bien j’aurois eu tant d’heur, ou d’insolence.
Ce secret, étouffé dans la nuit du silence,
N’échapperoit jamais à ma discrétion.
phil. Quelques lettres du moins pleines d’affection
Témoignent son ardeur? tirs. Ces foibles témoignages

w. On lit dans toutes les éditions indiquées : toute autre, pour tout autre.