Page:Corneille - Marty-Laveaux 1910 tome 1.djvu/365

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Sinon qu’un jour le ciel te fera ressentir
De tant de cruautés le juste repentir.


CLORIS.


Adieu : Mélite et moi nous aurons de quoi rire 342
De tous les beaux discours que tu me viens de dire.
Que lui veux-tu mander ?


PHILANDRE.


Que lui veux-tu mander ?_Va, dis-lui de ma part
Qu’elle, ton frère et toi, reconnoîtrez trop tard
Ce que c’est que d’aigrir un homme de ma sorte 343.


CLORIS.


Ne crois pas la chaleur du courroux qui t’emporte :
Tu nous ferois trembler plus d’un quart d’heure ou deux.


PHILANDRE.


Tu railles, mais bientôt nous verrons d’autres jeux :
Je sais trop comme on venge une flamme outragée.


CLORIS.


Le sais-tu mieux que moi, qui suis déjà vengée ?
Par où t’y prendras-tu ? de quel air ?


PHILANDRE.


Par où t’y prendras-tu ? de quel air ?_Il suffit :
Je sais comme on se venge.


CLORIS.


Je sais comme on se venge._Et moi comme on s’en rit.


342. Var. Adieu : Mélite et moi nous avons de quoi rire. (1644-64)

343. Var. Ce que c’est que d’aigrir un homme de courage,
clor. Sois sûr de ton côté que ta fougue et ta rage,
Et tout ce que jamais nous entendrons de toi,
Fournira de risée, elle, mon frère et moi ao. (1633-57)

ao. C’est la fin de la scène iii dans les éditions indiquées