Page:Court - De l’empoisonnement par le tabac et de son traitement chez nos animaux domestiques.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


expliquerons plus tard pourquoi. Il peut encore se faire que le tabac étant exposé au soleil, ils saisissent en passant quelque manoque (paquet de dix feuilles) et la déglutissent rapidement avant que leur conducteur ait pu s’y opposer.

Tous nos animaux domestiques sont exposés à ce genre d’empoisonnement, mais c’est sur le bœuf qu’on a lieu de l’observer le plus fréquemment. M. Lanusse a cherché à expliquer ce fait par l’imperfection des organes du goût et de l’odorat dans cette espèce. Si on les examine, on est, en effet, porté à admettre son opinion, car les papilles gustatives sont recouvertes d’un épithélium très épais, comme corné, la mastication est très incomplète avant la déglutition, la muqueuse olfactive peu sensible, les volutes ethmoïdales et les cornets, sièges essentiels du sens de l’odorat, peu développés, les ailes du nez épaisses et peu mobiles. Comment la concilier cependant avec la difficulté que l’on éprouve à faire manger ou boire un bœuf même pressé par la faim ou par la soif, lorsqu’un animal d’une autre espèce a flairé ou humé les aliments ou les boissons qu’on lui présente ?