Page:Dickens - Nicolas Nickleby, trad. La Bédollière, 1840.djvu/112

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XVII.

Tout le capital à la tête duquel se trouva Nicolas après avoir payé son loyer n’excédait que de quelques sous la somme de vingt-cinq francs. Cependant il vit avec un cœur léger se lever l’aurore du jour où il avait résolu de quitter Londres, et sauta à bas de son lit avec une élasticité d’esprit qui est heureusement le partage des jeunes gens ; car autrement il n’y aurait point de vieillards.

C’était une matinée de printemps, froide, sèche et brumeuse. Dès le lever de l’aurore Nicolas se dirigea seul vers la Cité, et se mit en embuscade sous les croisées de la maison de sa mère. Cette maison était sombre et nue, mais elle avait pour lui de la lumière et de la vie ; car, dans ces vieux murs, il y avait du moins un cœur aussi sensible que le sien aux affronts et au déshonneur.

Il traversa la rue, et leva les yeux vers la fenêtre de la chambre où il savait que couchait sa sœur. La fenêtre était sombre et fermée.

— Pauvre fille, pensa Nicolas, elle ne se doute guère que je suis là !

Il regarda de nouveau, et il se sentit presque affligé de ce que Catherine n’était pas là pour échanger avec lui un mot d’adieu.

Tout à coup un mouvement imaginaire du rideau lui persuada presque que Catherine était à la fenêtre, et, par une de ces étranges contradictions qui nous sont si communes, il se blottit involontairement contre une porte pour qu’elle ne pût le voir. Il sourit de sa propre faiblesse :

— Que Dieu les bénisse ! dit-il, et il s’en alla plus tranquille.

Smike l’attendait avec anxiété, ainsi que Newman, qui avait dépensé sa paye d’un jour pour préparer un bol de punch au lait. Smike chargea les paquets sur son épaule, et ils partirent, accompagnés de Newman Noggs ; car il avait insisté pour aller avec eux aussi loin qu’il le pourrait.

— Quelle route ? demanda Newman. — Celle de Kingston. — Et de là où irez-vous ? Pourquoi ne me le dites-vous pas ? — Parce que je le sais à peine moi-même, mon bon ami, répondit Nicolas en frappant sur l’épaule de Newman ; je n’ai ni plan ni projet arrêté, je pourrais changer cent fois de domicile avant qu’il vous fût possible de communiquer avec moi. — J’ai peur que vous n’ayez adopté quelque profonde résolution. — Si profonde que je ne puis la sonder ; mais, quelle qu’elle soit, comptez que je vous écrirai bientôt. — Vous n’oublierez pas ? — Je le