Page:Dumourier Pache - Correspondance durant la campagne de Belgique, 1792.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
iij

propre ; l’un nous expose sans défense à toutes les entrepises, des intrigans ; l’autre nous aveugle sur la cause : de nos fautes, nous empêche d’en convenir et de les réparer.

La source de notre position désastreuse étant bien connue, on ne sera point étonné des sentimens que je conserve pour des qualités très-estimables que je reconnois dans les hommes dont j’ai eu le plus a me plaindre ; mais mon estime n’est pas aveugle ; je conviendrai, si l’on veut, que les hommes sont ce qu’on les fait ; mais un homme fait n’est pas bon à tout : c’est par une bien triste et bien coûteuse expérience que nous savons aujourd’hui qu’une armée peut être mal conduite par des géomètres, mal administrée par des poètes, et