Page:Encyclopedie Planches volume 4.djvu/129

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


FONDERIE DES CANONS. Contenant vingt-cinq Planches, dont cinq doubles.

PLANCHE Iere.

PLan général de la fondation d'un fourneau & de ses souterrains.

A & B portes de l'attelier dont le fourneau occupe le milieu de la largeur. C D, C D escaliers pour descendre sous le fourneau. D D pallier où se terminent les deux escaliers. Q continuation de l'escalier pour descendre au cendrier M qui répond au dessous de la chauffe. O O passage pour aller sous le fourneau. P vuide sous le fourneau. R autre escalier pour descendre de dessous le fourneau dans la fosse S où on place les moules. F G H K k h g f la fondation du môle du fourneau & du massif qui environne la chauffe. F f le devant du fourneau. F G H & f g h les côtés du fourneau. k k côté du massif de la chauffe, ou derriere du fourneau par lequel on jette le bois.

PLANCHE II.

Fig. 1. Plan au rez-de-chaussée du môle du fourneau ou au niveau de son aire. F f le devant du fourneau. F H, fh les faces latérales où sont les seuils G G, G G des portes de fer qui servent à fermer les passages L, L par lesquels on enfourne le métal que l'on veut fondre; il y a encore deux autres ouvertures au fourneau, l'une m dans la face du devant, on nomme cette ouverture coulée; une autre T dans la face opposée, laquelle sert pour le passage de la flamme de la chauffe M dans la capacité du fourneau. Les faces latérales opposées du fourneau sont retenues par quatre tirans 1, 1 : 2, 2 : 3, 3 : 4, 4, dont les extrémités terminées en moufles reçoivent des ancres dont les extrémités supérieures sont reçues dans de semblables moufles d'autres tirans placés dans le massif au dessus de la voûte, comme on le voit dans la Planche V & dans la vignette de la Planche XVI. Les faces du devant & du derriere du fourneau, & la face K k du derriere du massif de la chauffe sont de même retenues contre l'effort de la poussée de la voûte par quatre tirans 5, 5 : 7, 7: 8, 8 : 6, 6, dont les deux du milieu plus longs que les autres retiennent le massif de la chauffe avec celui du môle du fourneau. Les faces latérales du massif de la chauffe sont aussi retenues par un tirant 9, 9. Toute cette armature est placée à environ 8 pouces au-dessous de l'aire du fourneau, & celle qui est au-dessus de la voûte a environ la même distance au-dessus de l'extrados de cette voûte.

2. Plan général du dessus du fourneau. F H h f le dessus du môle du fourneau. B B B B les quatre cheminées ou soupiraux pratiqués dans la voûte du fourneau pour donner issue à la fumée & à la flamme superflue. G G les seuils des portes. K k le massif de la chauffe; on a indiqué par des lignes ponctuées le plan de l'intérieur du fourneau, de la chauffe & des quatre ouvertures qui communiquent à la capacité du fourneau. C & C en allant vers D escaliers pour descendre au cendrier ou sous le fourneau. E e, E e, en allant de E vers e escaliers pour monter sur le fourneau ou sur le perron e D e où se fait le service de la chaufferie; sous ce perron D est la voûte sous laquelle est le passage pour aller sous le fourneau. De ce perron e e en montant sur la banquette 4, 4, & delà sur les paliers 5, 5 on parvient, en montant encore la hauteur d'une marche, sur le massif K k de la chauffe d'où l'on monte sur le massif F H h f du fourneau.


PLANCHE III.

Coupe longitudinale du fourneau par sa chauffe, sa fosse, le beffroi qui est au dessus, & coupe de l'alézoir qui est placé à l'autre bout de l'attelier.

C-D D escalier pour descendre du rez-de-chaussée sous le fourneau. Q escalier pour descendre au cendrier. O O voûtes sur le passage pour arriver sous le fourneau. O le cendrier. P voûte sous le fourneau. R passage & escalier pour descendre dans la fosse S placée devant le fourneau, au-dessus de laquelle est élevé le beffroi dans lequel on établit des treuils Z Z, ou des poulies mouflées, ou autres machines pour pouvoir descendre les moules dans la fosse & en retirer les canons après qu'ils sont fondus: on voit une partie de ce beffroi en perspective dans la vig ette de la Planche XVI. V X Y est une des bascules de fer qui servent à lever la porte de fer qui ferme l'entrée du fourneau. L est une des deux portes latérales. m est la coulée. T le passage de la flamme venant de la chauffe dans le fourneau. M la chauffe. N sa grille. 1 l'ouverture par laquelle on jette le bois. K l'élévation du massif qui entoure la chauffe. 4 banquette. D e perron où se fait le service de la chaufferie.

A l'autre bout de l'attelier on voit la coupe d'une partie de l'alézoir. E E entraits qui reposent sur les jambes de force E e, E e qui sont liées aux entraits par des esselliers. A B, C D deux des quatre montans de l'alézoir; deux de ces montans qui reposent sur l'entralt E, comme on peut voir Planche XVII. sont maintenus dans la situation verticale par trois entre-toises ou dosserets G G, G G, G G dont le premier par en bas porte sur les deux entraits E E; le second, sur les deux poutres ou tirans H H; & le troisieme sur les entre-toises de l'alézoir. Ce trois pieces G G soutiennent une piece F f qui porte une languette rapportée laquelle est reçue dans les rainures du chassis de l'alézoir, comme on l'expliquera en parlant de la Planche XVII. O roue garnie de chevilles, à laquelle les hommes appliquent leurs mains pour la faire tourner; l'arbre commun à cette roue & à son opposée semblable porte une lanterne N de 10 fuseaux, qui conduit l'hérisson de 30 dents ou alluchons fixé sur le treuil M, sur lequel s'enroule la corde qui vient de la moufle supérieure suspendue au haut de la cage qui renferme l'alézoir. 5, 5 moise qui embrasse la moitié du tourillon de l'arbre de la lanterne, l'autre moitié étant reçue dans une entaille pratiquée à la face du montant A B. 4, 4 autre moise qui embrasse de même le tourillon du treuil.


PLANCHE IV. Coupes transversales du Fourneau.

Fig. 1. Coupe transversale du fourneau par les deux portes des faces latérales, & vue du côté de la communication de la chauffe au fourneau. H h le môle ou massif au-dessus de la voûte; au-dessous de ces lettres on voit les arriere-corps ou feuillures qui reçoivent les portes de fer qui descendent sur les âtres aussi de fer qui recouvrent les seuils G G des portes. T est l'ouverture par laquelle la flamme de la chauffe s'introduit dans le fourneau. P voûte sous le fourneau. Q cendrier de la chauffe & passage pour descendre sous le fourneau.

2. La même coupe vue du côté opposé, c'est-à-dire,