Page:Encyclopedie Planches volume 4.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


du sens opposé, il les rapproche tous deux de ce même centre.

3. La platine de l’héliometre vue du côté opposé à celui de la figure 1, ou du côté de la frette qui porte la roue dentée H H h h. A B D G E C la platine; on voit le long des côtés D G & C E les extrémités des vis qui assujettissent les coulisses à la platine. Les têtes de ces vis paroissent dans les deux figures précédentes le long des côtés qui sont cotés des mêmes lettres. K M L pont qui contient la tige du pignon m figure précédente. M N portion de la tige de ce pignon. N tête goudronnée pour faire tourner le pignon. On peut aussi prolonger la tige M N par une verge de conduite qui puisse s’étendre jusqu’à portée de la main de l’observateur, en employant pour la jonction de la verge de conduite le moyen indiqué dans nos Planches d’Horlogerie. La roue H H h h est conduite par un pignon F dont la tige F G fracturée en G est aussi longue que le tube du télescope à l’axe duquel elle est parallele. Elle est terminée du côté de l’oculaire par une tête goudronnée qui sert à la faire tourner; par ce moyen on communique à l’héliometre un mouvement de rotation autour du tube du télescope.

4. Profil du télescope garni de son héliometre. On a fracturé le milieu pour que les deux extrémités fussent rapprochées & contenues dans la Planche, n’y ayant rien à observer dans la partie du milieu, le tube étant cylindrique d’un bout à l’autre. E G profil de la platine de l’héliometre, où on voit comment les coulisses en queue d’aronde reçoivent les coulans. O P frette ou virole qui reçoit le tube du télescope sur lequel elle peut tourner. H h roue dentée fixée à la virole. H I, h i griffes ou ponts qui retiennent l’héliometré sur le télescope; ces ponts sont fixés au tube par les vis I & i. L, L L l l k verge de conduite qui porte sur son quarré L le pignon F de la figure précédente; c’est ce pignon qui communique le mouvement à la roue dentée qui passe sous les ponts. K & k pitons qui assujettissent la verge de conduite au télescope. m m tête goudronnée pour faire tourner la verge de conduite. n n extrémité du tube qui contient celui qui porte l’oculaire. o endroit où est placé l’œil de l’observateur.


PLANCHE XXI.

Cette Planche & la suivante contiennent les développemens géométraux & la représentation perspective de l’instrument des passages. Voyez Passage (Instrument des).

Fig. 1. Plan de la lunette & de l’axe vu par le dessous.

2. Le réticule en plan.

3. Profil du réticule.

4. Petit tube qui reçoit le réticule.

5. Coupe du tube de la lunette, le réticule y étant placé.

6. Plaque pour réfléchir la lumiere dans la lunette pour éclairer les fils du réticule pendant la nuit.

7. Profil d’un des supports de l’axe de l’instrument.

7. n°. 2. Profil du support opposé.

8. Niveau servant à vérifier le parallélisme de l’axe de l’instrument avec l’horison.

9. L’axe de l’instrument décomposé; les cinq pieces qui le composent s’assemblent à vis & sont soudées en étain dans les pas de vis; les trois pieces du milieu sont de cuivre & sont creuses pour que l’axe soit moins pesant; les deux autres m & n, qui sont les tourillons ou pivots, sont massives & faites avec le métal dont sont faits les timbres de montre.

10. Plan de la crapaudine qui reçoit le pivot inférieur du pié de l’instrument.

11. Plan du colet supérieur du pié de l’instrument & d’une partie du bras placé au-dessous.


PLANCHE XXII.

Cette Planche, qui est la figure douzieme & fait suite de la précédente, représente l’instrument monté sur son pié qui est attaché à l’appui d’une fenêtre.


PLANCHE XXIII. Premier Secteur de M. Graham.

Fig. 1. Définition du secteur qui est mobile sur un axe H I parallele à l’axe de la terre.

2. Coupe ou profil du secteur & de son pié.

2. n°. 2. Le pié vu du côté qui s’applique au support.

3. n°. 3. Le pié vu en perspective.

3. Le secteur & son pié montés sur le support u x y, de maniere que son axe H I soit dans le plan du méridien, & parallele à l’axe du monde.

4. Micrometre ou vis de rappel de cet instrument. La figure représente le côté opposé du limbe de la figure 3.

5. Démonstration de la maniere de vérifier la position de l’instrument par rapport à l’axe du monde. Voyez l’article Secteur, pag. 877.


PLANCHE XXIV.

Cette Planche représente le secteur de M. Graham. Ce secteur a servi aux opérations faites au cercle polaire par Messieurs les Académiciens pour la détermination de la figure de la terre.

Fig. 1. Le secteur monté dans son pié triangulaire.

2. Le secteur séparé de son support ou faux secteur.

3. n°. 1. Partie supérieure du vrai secteur.

3. n°. 2. Partie moyenne du vrai secteur.

3. n°. 3. Partie inférieure du vrai secteur.

4. Le faux secteur, ou support du vrai secteur.

5. Micrometre en perspective,

6. Micrometre vu géométralement & projetté ainsi que la partie inférieure du vrai secteur sur la partie inférieure du faux secteur (fig. 4).


PLANCHE XXV.

Cette Planche contient les deux instrumens de M. Hadley, pour prendre les hauteurs à la mer.

Fig. 1. Le premier instrument de M. Hadley. Cette figure est citée en quelques endroits sous le n°. 79.

2. Démonstration relative à l’usage de cet instrument.

3. Second instrument de M. Hadley. Cette figure est citée en quelques endroits sous le n°. 78.

4. Démonstration de catoptrique relative à ces instrumens.

5. Démonstration relative à un cinquieme corollaire.


PLANCHE XXVI.

Cette Planche contient le secteur de M. de Fouchi, plusieurs démonstrations de dioptrique & de catoptrique, & les coupes des trois sortes de télescopes de réflexion.

Fig. 1. Instrument du secteur de M. de Fouchi. Cette figure peut être citée sous le n°. 87.

2. ou (87. n°. 2.) Développement d’une partie de cet instrument.

3. ou (87. n°. 3.) Poignée.

4. Démonstration. Cette figure est la 171 de l’optique de Smith.

5. Démonstration ou figure 173. idem.

6. Démonstration ou figure 130. idem.

7. Coupe d’un télescope de Casgrain. A B C D tube du télescope. E F le grand miroir de métal, concave & percé en G pour laisser passer la lumiere réfléchie par le petit miroir convexe H, qui est aussi de métal. La lumiere réfléchie traverse l’oculaire L, & est reçue dans l’œil de l’observateur placé en O.

8. Coupe d’un télescope Gregorien. Le tube & le grand miroir E F sont le même qu’au précédent; il n’en differe que parce que le petit miroir H est concave.