Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/214

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



VOIX DE LUCIENNE.

Madame est rentrée ?


VOIX D’ÉTIENNE.

Oui, Madame, oui !

Bruit de porte qu’on referme.

RAYMONDE.

Ah ! non, c’est Lucienne…

Elle remonte vers la porte du fond, qu’elle ouvre.



Scène III

RAYMONDE, LUCIENNE, TOURNEL



LUCIENNE, passant devant Raymonde et descendant
dans la direction de la table.

Ah ! Raymonde ! Raymonde ! Quel drame ! Quelle tragédie !…


RAYMONDE, levant les yeux au ciel.

À qui le dis-tu !…


LUCIENNE.

Tiens ! mes jambes : elles font comme ça…

Elle fait trembler ses genoux.

RAYMONDE et TOURNEL, sur un ton de condoléance.

Oh !


LUCIENNE, se laissant tomber sur le siège
à gauche de la table.

Oh ! mais je ne veux plus rentrer chez moi !… Ah ! non !… non !… (Sans transition et sur le même ton.) Bonjour, Monsieur Tournel ! je vous demande pardon…