Page:Feydeau - La Puce à l’oreille, 1910.djvu/56

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



RAYMONDE.

C’est bon quand on n’a rien d’autre à penser, ces choses-là !


TOURNEL.

Mais Raymonde, Raymonde !… Vous m’aviez dit… ! vous m’aviez fait espérer… !


RAYMONDE.

Oui ? Eh ! bien, c’est possible… Mais il n’y avait pas eu les bretelles ! Mais maintenant qu’il y a les bretelles… bonsoir !

Elle sort à gauche.

TOURNEL, reste un moment abruti, puis :

Eh ! bien ! elle est forte, celle-là !… Quoi, « les bretelles » ? Qu’est-ce que ça veut dire, « les bretelles » ?

En parlant, il a gagné jusqu’à la gauche de la table de droite.



Scène VII

TOURNEL, CAMILLE, puis FINACHE.



CAMILLE, dans l’embrasure de la porte du fond droit. —
sur un ton jovial.

Monsieur Tournel !… Mon cousin vous demande.


TOURNEL, avec humeur.

Quoi ?


CAMILLE, s’efforçant de mieux articuler, sans y parvenir.

Mon cousin vous demande.