Page:Fougeroux de Campigneulles - Histoire des duels anciens et modernes, 1835.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
5
chapitre I. —


Dons la bible on remarque le combat de David et de Goliath.

L’histoire romaine nous offre ceux des Horaces et des Curiaces, de Maulius et de Valerius Corvus contre des chefs Gaulois[1] ; de Scipion, de Marcellus, de Slatilius couli’c d’autres chefs ennemis[2].

L’histoire grecque nous a aussi conservé le récit du combat de Pittacus, chef des Mylilénicns, contre Phrimon, chef des Athèniens. Pittacus avait caché Sous son bouclier un filet qu’il jeta à la tête de son adversaire, dont il eut ainsi bon marché. Cette ruse envers un ennemi n’a point paru déloyale selon le droit des gens d’alors[3] ; et n’a pas empêché Pittacus d’être un des sept Sages de la Grèce.

On peut ranger dans la même catégorie divers traits du même genre de notre histoire moderne ; tels que le fameux combat des Trente, et celui qui eut lieu sous Charles VI entre sept français et sept anglais, ayant à leur tête Arnaud de Barbazan et le chevalier de l’Escale[4] ,

Il parait que jamais on ne se fit un point d’honneur d’accepter ou de refuser de pareil combats.

Metellus défié en Espagne par Sertorius, Antigone par Pyrrhus, et Auguste César par Marc--

  1. (I)
  2. (2)
  3. (3)
  4. (4)