Page:Génin - Vers pour elle, 1913.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page n’a pas pu être entièrement corrigé, à cause d’un problème décrit en page de discussion.


SONNET LIMINAIRE L’OISEAU donne son chant, et la fleur son haleine. Le ruisselet bavard son murmure joyeux, oleil sa chaleur, ses baisers radieux, rise les parfums recueillis dans la plaine. printemps dans les prés sème la marjolaine, iver poudre à frimas les bois silencieux, té mûrit le blé, les fruits délicieux, l’automne remplit le tonneau de Silène.