Page:Gasquet - Les Chants séculaires, 1903.djvu/348

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


VIII Le poète offre son livre au Soleil 26

IX Prière du matin 30

X Là-bas, dans le matin levant 32

XI Le Chêne 33

XII A Delphique 37

XIII La chanson des pâtres se mêle 40

XIV Au rayon de soleil qui tombe sur ma table 41

XV Le dimanche d’Hans Sachs 44

XVI Et comme toi, Hans Sachs, le dimanche matin 48

XVII Le Laurier 51

XVIII Inspiration 53

XIX Nous nous sommes couchés si tard 56

XX Je veux laisser en moi parler les paysages 57

XXI Mais tu m’as dit : « Oh ! non, le bonheur n’est possible 59

XXII Rien n’imposera silence 61

XXIII Non, le poète, ô Dieu ! qu’au fond du soir écoute 64

XXIV Vie ardente ! Soleils nouveaux ! 68

XXV Le Temple 71

XXVI Nous entrons dans la grande vigne 74

XXVII Éveil 77

XXVIII Il naîtra de toi, Delphique 79

XXIX Dernier matin 82

XXX Chant dohé 85

MIDI

I Le Poëme 97

II Dans l’heure ardente rien ne vit. L’horreur lyrique 99

III L’amour foule d’un pied superbe 103

IV Mais Delphique m’a dit : « L’amour n’est pas semblable 105

V Le Poëme de l’Épouse 107

VI Romance 112