Livre:Gasquet - Les Chants séculaires, 1903.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gasquet - Les Chants séculaires, 1903.djvu
Titre Les Chants Séculaires
Auteur Joachim Gasquet
Maison d’édition Société d’éditions littéraires et artistiques
Lieu d’édition Paris
Année d’édition 1903 (2e éd.)
Fac-similés djvu
Avancement À corriger


Pages

- - - - - - - - np np np np np np  i  ii  iii  iv  v  vi  vii  viii  ix  x  xi  xii  xiii  xiv  xv  xvi  xvii  xviii  xix  xx  xxi  xxii  xxiii  xxiv  xxv  xxvi  xxvii  xxviii  xxix  xxx  xxxi  xxxii  xxxiii  xxxiv  xxxv  xxxvi  xxxvii  xxxviii  xxxix  xl  xli  xlii  xliii  xliv  xlv  xlvi  xlvii  xlviii  xlix  l  li  lii 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 np np - - - - - - -


TABLE
PRÉFACE

Pages.

La Renaissance classique I

CHANTS SÉCULAIRES

L’arbre battu par les grands vents 5

LE MATIN

I Pour chanter de nouveau quelque immortel poëme 9

II Un poëme nouveau circule 13

III Nicolas Poussin 15

IV René Descartes 17

V Voici les jours dorés où les ruches essaiment 20

VI Les étoiles de la patrie 22

VII Premier matin 24

VIII Le poète offre son livre au Soleil 26

IX Prière du matin 30

X Là-bas, dans le matin levant 32

XI Le Chêne 33

XII A Delphique 37

XIII La chanson des pâtres se mêle 40

XIV Au rayon de soleil qui tombe sur ma table 41

XV Le dimanche d’Hans Sachs 44

XVI Et comme toi, Hans Sachs, le dimanche matin 48

XVII Le Laurier 51

XVIII Inspiration 53

XIX Nous nous sommes couchés si tard 56

XX Je veux laisser en moi parler les paysages 57

XXI Mais tu m’as dit : « Oh ! non, le bonheur n’est possible 59

XXII Rien n’imposera silence 61

XXIII Non, le poète, ô Dieu ! qu’au fond du soir écoute 64

XXIV Vie ardente ! Soleils nouveaux ! 68

XXV Le Temple 71

XXVI Nous entrons dans la grande vigne 74

XXVII Éveil 77

XXVIII Il naîtra de toi, Delphique 79

XXIX Dernier matin 82

XXX Chant dohé 85

MIDI

I Le Poëme 97

II Dans l’heure ardente rien ne vit. L’horreur lyrique 99

III L’amour foule d’un pied superbe 103

IV Mais Delphique m’a dit : « L’amour n’est pas semblable 105

V Le Poëme de l’Épouse 107

VI Romance 112

Pages.

VII Tu regardais la mer… Couché sur la falaise 114

VIII Dans le vent de la mer les plaines sont heureuses 116

IX Le Chant des Blés 119

X Chant séculaire 122

1 — Dans les batailles lyriques 122

2 Tu m’as donné la main, Femme, et je l’ai suivie 124

3 Je connais le bonheur tranquille des époux 125

4 Mon père a relevé la maison des ancêtres 126

5 Écoute-moi… Ce soir s’ouvre profond et pur 127

6 Sous le ciel gris les pins humides de la lande 128

7 Ferme tes livres… Rien de ce que tu m’as lu 129

8 Lorsque les amandiers en fleurs, comme un poëme 130

9 — Dans les rochers entr’ouverts 131

10 Lorsque l’enfant viendra ce sera dans un jour 132

11 Un fleuve de soleil coule devant la porte 133

12 Comme tu le voulais, nous avons vu la mer 134

13 O corps de l’homme, en toi le monde se modèle 136

14 Ah ! le monde est semblable à l’homme, m’as-tu dit 137

15 Aix s’endort chaque soir au pied de la Victoire 138

16 Emplis tes yeux du jour sacré de ce pays 139

17 — On disait la race morte 140

XI La Gloire de Marseille 142

XII Dans les bras de la mer dorée 146

XIII L’Apothéose 148

XIV Romance 151

XV Le Poëme de l’Époux 153

XVI Renaissance 158

XVII Lecture de la Bible 161

XVIII « Mater Natura » 164

XIX « O Maria, Ecclesia » 167

XX Chant héroïque pour la Bien-Aimée 169

LE COUCHANT

Pages.

I Le couchant 177

II Contemplation 180

III Dernier rayon 182

IV L’Hymne 184

V La Guérison 186

VI Hélène 188

VII Beauté d’Hélène 190

VIII Crépuscule 194

IX Diane de Poitiers 197

X Soir païen 199

1 O doux vents de ma solitude 199

2 Toute pensée est illusoire 200

3 Sous les arbres dorés la table d’or aussi 201

4 Le monde entier n’est qu’apparence 203

5 O mon corps, ô mes yeux, ma bouche 204

6 La nuit vient. Le lâche s’afflige 205

7 Nous partirons à l’aventure 206

8 Vénus le veut. Ne sois plus triste 208

9 J’ai chanté la chanson bacchique 208

XI Nocturne 211

XII A Louis A 214

XIII Vénus offerte 216

XIV Innocence 218

XV L’Invisible laurier 220

XVI Jaloux dans l’ombre 226

XVII Gustave Courbet 228

XVIII Le retour 230

XIX A Léo Larguier 232

Pages.

XX Soir mystique 235

1 Au fond de ma tiède cellule 235

2 Toi que j’ai fait à mon image 236

3 Dans le ciel triste et pur la Vierge a vu le soir 237

4 Inaltérable vérité 238

5 La douce enfant couchée au milieu des brebis 239

6 Vierge Marie, en qui j’espère 241

7 Tout dort dans le cloître fermé 242

XXI Le soir tombe. Là-bas, sur la plaine apaisée 243

XXII Ebauches 245

XXIII Sous les parfums, ce soir, tu luis comme un autel 249

XXIV L’Isolement 252

XXV Prière du soir 255

XXVI Méditation 261

XXVII A Pierre Laprade 265

XXVIII Don du Feu 267

XXIX L’Œuvre 269

XXX Chant filial 272