Page:Gasquet - Les Chants séculaires, 1903.djvu/98

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





X




Là-bas, dans le matin levant,
Caressant la jeune feuillée,
La pluie heureuse est dans le vent
Comme une vierge échevelée.

Delphica, devant le miroir,
Sortant du tub, encor mouillée,
Tu ris heureuse, et j’ai cru voir
Entrer la pluie échevelée.

Dans la chambre viennent d’entrer
Avec toi la jeune feuillée,
La bonne odeur de la forêt
Et de la campagne mouillée.