Page:Gautier - En Chine, Les arts graphiques, 1911.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


De la main, le maître essaya de la chasser, mais elle se tint ferme et il ne vit pas que le point manquait. Celui qui triomphe dans toutes les épreuves, est considéré comme un parfait lettré.

Il est probable qu’au point de vue Européen, et dans l’état actuel de la science, on jugerait le savoir de ce triomphateur bien mince et trop exclusivement littéraire.

Aujourd’hui d’ailleurs, tout va changer, tout change dans cette Chine que les convoitises du monde ont enfin éveillée de son long sommeil.

Déjà, -les réformes sont décidées, et c’est par celles de l’instruction que l’on commence. On va supprimer, s’ils ne le sont pas déjà, ces fameux examens, dont nous venons de vous donner le programme. On fonde des écoles suivant les méthodes d’Europe, depuis l’instruction primaire, jusqu’à l’université qui sont fréquentées par des milliers d’étudiants, et même d’étudiantes ; des revues, des journaux sont publiés journellement, ou traduits en Chinois Voltaire, Jean-Jacques Rousseau, Victor Hugo, et bien d’autres.

Une jeunesse ardente et enthousiaste marche vers le progrès avec une rapidité extraordinaire.