Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

MIRZA.


Zamor, je ne crains que pour toi ; le ſupplice n’a rien qui m’effraie ; je bénirai mon ſort ſi nous terminons nos jours enfemble.


ZAMOR.


O ma Mirza ! que tu m’attendris !


MIRZA.


Hélas ! qu’as-tu fait ? mon amour t’a rendu coupable. Sans la malheureuſe Mirza tu n’aurois jamais fui le meilleur de tous les Maîtres, & tu n’aurois pas tué ſon homme de confiance.


ZAMOR.


Le barbare ! il t'aima, & ce fut pour de­venir ton tyran. L’amour le rendit féroce. Le tigre oſa me charger du châtiment qu'il t’infligeoit pour n’avoir pas voulu répondre à ſa paſſion effrénée. L'éducation que notre Gou­verneur m’avoit fait donner ajoutoit à la ſenſibilité de mes moeurs ſauvages, & me rendoit encore plus inſupportable le deſpotiſme affreux qui me commandoit ton ſupplice.


MIRZA.


Il falloit me laiſſer mourir ; tu ferois auprès de notre Gouverneur qui te chérit comme ſon enfant. J'ai cauſé tes malheurs & les ſiens.