Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

L’INDIEN.

Un exemple terrible.


SOPHIE.

Vous les emmenez pour les faire mourir ? Vous nous ôterez plutôt la vie, avant de les arracher de nos bras.


VALÈRE.

Que fais-tu ? ma chère Sophie ! Nous pouvons tout eſpérer de l’indulgence du Gouverneur.


L’INDIEN.

Ne vous en flattez pas. Monſieur le Gouverneur doit un exemple à la Colonie. Vous ne connoiſſez point cette maudite race ; ils nous égorgeroient ſans pitié ſi la voix de l’humanité nous parloit en leur faveur. Voilà ce qu’on doit toujours attendre même des Eſclaves qu’on inſtruit. Ils ſont nés pour être ſauvages, & domptés comme les animaux.


SOPHIE.

Quel affreux préjugé ! La Nature ne les a point faits Eſclaves ; ils ſont hommes comme vous.


L’INDIEN.

Quel langage tenez vous-là, Madame ?