Page:Graffin - Nau - Patrologia orientalis, tome 2, fascicule 2, n°7 - Les Apocryphes Coptes.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


[TEXTE COPTE]


salut de l’empereur Tibère ! si un mal arrive à Joseph et à Nicodème, le glaive de l’empereur vous fera tous périr et on brûlera votre ville. »

Lorsque eurent eu lieu ces choses, Hérode demanda à chacun des grands des Juifs une livre d’or. Il réunit une grande somme. Il la donna à Carios pour qu’il ne fît pas (parvenir) la renommée de Jésus devant l’empereur Tibère.

Carios reçut l’argent de la main d’Hérode et il ne transmit pas l’affaire à César.

Joseph, quand il vit que les Juifs le poursuivaient, sortit de Jérusalem et alla à Arimathie.

Quant à Carios, il envoya auprès de l’empereur l’apôtre Jean qui lui dit toute chose au sujet de Jésus. L’empereur Tibère accorda de grands honneurs à Jean et il écrivit au sujet de Jésus qu’on le prit pour le faire roi, selon ce qui est écrit dans les Evangiles, à savoir : « Notre Seigneur Jésus, lorsqu’il sut qu’on venait pour le saisir et le faire roi, s’écarta dans un lieu tout seul[1]. »

Les jours de sa retraite étant écoulés, il appela les Apôtres. Il leur dit : « Mes frères, voici que les jours de ma sortie hors de ce monde sont près d’être accomplis. Ceux que mon Père m’a accordés, je vous les ai accordés. Je ne vous ai pas laissés sans vous enseigner toutes les choses que vous désiriez.

  1. Jean VI, 15.