Page:Hugo - Bug-Jargal, 1876.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
16
BUG-JARGAL.
Sa gueule entrouverte menaçait un jeune noir. (Page 13.)

vaisseau négrier l’avait jeté à Saint-Domingue. Cette circonstance rendait plus remarquable encore l’empire qu’il exerçait sur tous ses compagnons, sans même en excepter les noirs créoles, qui, vous ne l’ignorez sans doute pas, messieurs, professaient ordinairement le plus profond mépris pour les nègres congos ; expression impropre, et trop générale, par laquelle on désignait dans la colonie tous les esclaves amenés d’Afrique.

Quoiqu’il parut absorbé dans une noire mélancolie, sa force extraordinaire, jointe à une adresse merveilleuse, en faisait un sujet du plus grand prix pour la culture des plantations. Il tournait plus vite et plus longtemps que ne l’aurait fait le meilleur cheval les roues des norias, il lui arrivait souvent de faire en un jour l’ouvrage de dix de ses camarades, pour les soustraire aux châtiments réservés à la négligence ou à la fatigue. Aussi était-il adoré des esclaves ; mais la vénération qu’ils lui portaient, toute différente de la terreur superstitieuse dont ils environnaient le fou Habibrah, semblait avoir aussi quelque cause cachée ; c’était une espèce de culte.

Ce qu’il y avait d’étrange, reprenait-on, c’était de le voir aussi doux, aussi simple avec ses égaux, qui se faisaient gloire de lui obéir, que fier et hautain vis-à-vis de nos commandeurs. Il est juste de dire que ces esclaves privilégiés, anneaux intermédiaires, qui liaient en quelque sorte la chaîne de la servitude à celle du despotisme, joignant à la bassesse de leur condition l’insolence de leur autorité, trouvaient