Page:Hugo - Bug-Jargal, 1876.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
25
BUG-JARGAL.
Et, guidé par le dragon, j’arrivai sur les domaines de mon oncle. (Page 26.)

« Je croyais pourtant ne pas être suspect. Je suis lié avec des négrophiles ; je corresponds avec Brissot et Pruneau de Pomme-Gouge, en France ; Hans-Sloane, en Angleterre ; Magaw, en Amérique ; Pezll, en Allemagne ; Olivarius, en Danemark ; Wadstrohm, en Suède ; Peter Paulus, en Hollande ; Avendaño, en Espagne ; et l’abbé Pierre Tamburini, en Italie ! »

Sa voix s’élevait à mesure qu’il avançait dans sa nomenclature de négrophiles. Il termina enfin, en disant :

« Mais il n’y a point ici de philosophes ! »

M. de Blanchelande, pour la troisième fois, demanda à recueillir les conseils de chacun.

« Monsieur le gouverneur, dit une voix, voici mon avis. Embarquons-nous tous sur le Léopard, qui est mouillé dans la rade.

— Mettons à prix la tête de Bouckmann, dit un autre.

— Informons de tout ceci le gouverneur de la Jamaïque, dit un troisième.

— Oui, pour qu’il nous envoie encore une fois le secours dérisoire de cinq cents fusils, reprit un député de l’assemblée provinciale. Monsieur le gouverneur, envoyez un aviso en France, et attendons !

— Attendre ! attendre ! interrompit M. de Rouvray avec force. Et les noirs attendront-ils ? Et la flamme qui circonscrit déjà cette ville, attendra-t-elle ? Monsieur de Touzard, faites battre la générale, prenez du canon, et allez trouver le gros des rebelles avec vos grenadiers et vos chasseurs. Monsieur le gouverneur, faites faire des camps dans les paroisses de